Bretagne : zoom sur la difficulté d'accéder au logement

Plongez dans les enjeux cruciaux du logement en Bretagne, où l'explosion des résidences secondaires et la hausse des prix compromettent l'accès au logement pour de nombreux ménages.

brown and blue painted house scenery
brown and blue painted house scenery

Le 2 février 2024 à Quimper, les premières assises régionales du logement ont offert l'occasion de dresser un diagnostic des difficultés d’accès au logement en Bretagne (Morbihan, Finistère, Côtes d'Armor et Ille-et-Vilaine). Ces assises, conjointement proposées par la Région et les services de l’État, ont réuni une délégation de la CFDT, apportant ainsi un regard précieux sur les outils et les expérimentations en cours. Focus sur la crise du logement en Bretagne.

Dans son ouvrage intitulé “Bretagne secondaire”, Benjamin Kletz, journaliste et auteur, illustre l'ampleur du phénomène des résidences secondaires en évoquant la “Bretagne des volets fermés.” Cette réalité combinée aux prix du marché prive de plus en plus de ménages bretons de l'accès au logement, une situation qui s'est accentuée depuis la crise sanitaire du Covid-19. Pour contrer cette bombe sociale à retardement, les assises du logement visent à mobiliser les acteurs locaux afin de construire des solutions concertées.

Pour la CFDT Bretagne, la question du logement est étroitement liée à l'emploi. En effet, la corrélation est évidente : pour obtenir un emploi, il est essentiel de disposer d'un logement à un coût abordable et situé à proximité du lieu de travail. Ainsi, la crise du logement agit comme un facteur déterminant de l'augmentation du taux de chômage.

Les facteurs de crise

Les données prospectives de la Région prévoient l'accueil d'environ 260 000 habitants supplémentaires en Bretagne d'ici 2050, une croissance démographique nettement plus rapide que celle du reste de la France depuis 2010. En parallèle, le marché du logement breton est confronté à une forte concurrence des résidences secondaires et des meublés dédiés au tourisme, notamment sur la bande côtière.

À ces défis s'ajoute l'évolution des prix du marché immobilier, qui ne correspond pas à l'évolution des revenus des ménages. Pour Véronique Bouchon, secrétaire régionale de la CFDT Bretagne en charge du Logement, « ce constat met en lumière les limites des politiques d'expérimentation des collectivités locales. Même en activant des leviers fiscaux pour libérer des logements, il est essentiel d'accorder une place centrale aux politiques visant à améliorer les revenus des ménages pour rendre ces logements accessibles. »

Une des conséquences directes de cette situation est l'explosion de la demande locative sociale et une diminution des attributions. Sur ce point, la CFDT s'associe à la Fondation Abbé Pierre dans le cadre du Pacte du Pouvoir de Vivre et critique la proposition du Premier ministre d'intégrer la construction de logements intermédiaires dans le quota de 25% dédié aux logements sociaux dans la loi SRU. Selon Véronique Bouchon, « cette mesure freine mécaniquement l'accès au logement pour les ménages les plus modestes » et soulève des préoccupations quant à la possibilité pour les maires de décider de l'attribution de ces nouveaux logements sociaux, risquant ainsi de favoriser le clientélisme au détriment de la cohésion sociale.

Pas de solutions sans politique d'envergure

Au-delà des constats dressés, la CFDT Bretagne examine attentivement les expérimentations sur la fiscalité des locations de courte durée actuellement en cours dans plusieurs communes du littoral breton. « Nous accueillons favorablement le texte adopté par l'Assemblée nationale le 29 janvier pour réguler les logements de type Airbnb », affirme la secrétaire régionale. Une autre proposition de la Région consiste à étendre la possibilité de loger les travailleurs saisonniers dans les internats des lycées volontaires. « La CFDT reste vigilante quant aux conditions d'hébergement et de confort de ces solutions », ajoute Véronique.

Ouvrir sur de nouvelles perspectives

Pour répondre à ces défis, des initiatives innovantes comme celle de Ukan émergent. Ukan propose des solutions sur mesure aux employeurs et aux travailleurs, tout en respectant leurs budgets. Son modèle repose sur la création de colocations clé-en-main, spécialement conçues pour les travailleurs locaux. Ces colocations, allant de 3 à 7 chambres en moyenne, offrent un espace de vie partagé comprenant cuisine et salon équipés. Cette innovation permet de proposer aux propriétaires une alternative à Airbnb et ainsi réserver des logements pour des travailleurs locaux : ouvriers, jeunes travailleurs, saisonniers ou cadres. 

Ces initiatives privées, combinées à une action publique coordonnée, pourraient constituer une approche durable pour résoudre la crise du logement en Bretagne.

Envie de nous contacter ?

Directement sur notre site ou par mail à contact@ukan-group.com.

S'abonner à notre newsletter

Des logements pour vos talents.